• Frédéric Paris

Impressionnisme Jazz: Village of the Pharoahs, Pharoah Sanders, 1973


Si le Coltrane écouté récemment était expressionniste, ce Sanders verse résolument dans l'impressionnisme, au point que le titillement représentationnel soit fondamental à l'album. Le sexysaxsolo au ton si caractéristique de Sanders est même souvent mixé de manière à ce qu'il n'insubordinne pas d'autres choses relevant de la puissance, et ce afin de constituer un paysage dont il trace la gorge profonde sans en faire de saillies, ce qui rend le canyon insolitement dissolvables de loin, style bas-relief qui fout le vertigo. Suffit d'embuer ses binolentilles avec le souffle du yoga perceptif libre...


Ici, pas d'illusions émotionnelles villégiatoriales, mais plutôt de lointaines impressions d'une expression voilée par le style balnéaire d'un soupir de yogi monstrueux. Un phénomène pittoresque de la puissance innée de l'intuition de certains, donnant en bout de piste un ressenti de béatitude violente, comme si l'ouragan niquait le village club de manière exclusivement visuelle, en faisant fit de la matière.


Probablement un des disques qui modélise le mieux un pluralisme religieux créateur et philosophe. Il y a de la magie noire là-dedans. Pourtant Sanders a de bonne intention, une volonté à tout cassé.



0 vue

©2019 by Shaologie. Proudly created with Wix.com