• Frédéric Paris

Ocean 8 %: un féminisme de flaque d'eau

Mis à jour : févr. 19

  1. Scénario ridicule et comblé de trous

  2. Qualité inégale des plans et des cadrages

  3. Mauvais goût au montage

  4. Acting sans génie

  5. OSEF de tout ça, je n'en peu plus d'entendre des gens critiquer des oeuvres en parlant de leurs critères conventionnels, car je n'aime pas m'ennuyer sans plaisir à cheval, c'est-à-dire sans sillonner le chemin sidéré à la croisée de la conscience et de l'inconscience, vue sur les plaines de spleen narquoiveillant un soir d'automne you know. Entre vous et moi, le blabla critique classique, c'est du nul à ièch façon "copy-pasta spécial du chef", point bar rayé. Mon blablabarayé sauce creepypasta à moi aussi d'ailleurs, sauf qu'il a peut-être le mérite d'avoir moins subit le micro-onde, errance à dos de mustang oblige...



Passons aux choses sérieuses: L'AMBIVALENCE EN YPL


Position du spectateur d'Ocean 8: entre la colline de la désapprobation et le vallon de l'appréciation, ce qui est loin des sommets passionnels atteints entre le pic de la haine et l'aiguille de l'amour vis-à-vis de la gente féminine, celle-ci indignement constituante du film.

Voici comment j'ai atteint cette position à l'égard du navet ici traité: subséquemment targué d'une atteinte à ma bonne volonté, j'ai été charmé par cette idiote idée de remplacer les hommes de Danny par les femmes de Debbie... C'est vrai, la dynamique de la franchise nouvellement sexuée est différente dans sa fraîcheur (en même temps, attendre 2018 pour un casting-femelle, c'est chaud les gars!), mais aussi frustrante puisque la mise en scène confirme plusieurs stéréotypes sociétaux tout en les escamotant vers des hauteurs provoquant une satisfaction esthétique mal élevé.


Anne Hathaway est par exemple remarquable dans la précision de son jeu physique, les yeux ne pouvant la quitter, mais aussi l'acquitter de ce parti pris cliché qui fait office de balle dans le pied à l'homme qui tente de comprendre la nature féminine, celle qui le tourmente en lui envoyant des messages doux-amers chargés d'un féminisme sexy (good!),affirmatif (goood!) et dépourvu de grand style (bad...). #NoNietzscheSwag BB.


En bref un girl power vexant pour les passionnés de féminologie, pour ces pauvres keums au féminin qui toute réflexion faite ne veulent que chevaucher dans le respect en folâtrant de réciprocité chevaleresque, sans se la jouer polisson-casse-teuch/brise-teub, voyez-vous? Que la réponse soit oui ou non, posez-vous des questions!


Et merde, ils ne pouvaient pas se permettre de faire pire qu'Ocean 12... Qui plus est, ils l'ont fait avec des femmes comme gilet par-balle. La louze.


Oh! Et j'allais presque oublié: #JeSuisFeministe.

Non, j'déconne.

Ben non ç't'une blague.

Quoi?

L'inversion schématique fait presque toujours des miracles dans l'esprit des sacs à blagues.

©2019 by Shaologie. Proudly created with Wix.com