• Frédéric Paris

Notre intelligence à 1 sous (débit ou crédit seulement!)

Une partie de moi sait que l'art est une transgression du bonheur. Je sais que les gens heureux n'écrivent pas, ne peignent pas, ne saxophonent pas. Ils ont mieux à faire du vide. En fait ils sont mieux à être du vide.

Une partie de moi sait que l'art est une transcendance du bonheur. Je sais que les gens bienheureux écrivent, peignent, saxophonent. Ils sont plein du mieux qu'ils le peuvent. En fait, ils ont trouvé quoi faire du plein.



Regardez-moi à recycler de vieux débats de jonglerie philosophique sur monocycle, quel cirque!


Ce que je veux nous dire aujourd'hui, c'est que pour moi, la création est une honte de tout instant.


Je sais que je ne devrais pas créer.


Mais la passion est là, et elle m'enjaille l'âme de cipaye d'un inéteignable feu de paille.


Les séquelles de la guerre, sans doute...


Ça semble très religieux tout ça, et qui dit religion dit punition.

Si quelqu'un veut me punir, veuillez me contacter immédiatement au frederic.paris.33@hotmail.com!!!

C'est probablement en cela que je ne recherche pas le succès.


Je ne veux pas réussir dans la honte.


La honte de travailler sur des vidéo-blagues de gros pénis noirs allégoriques dans mon sous-sol tout en sachant que des êtres de tout horizon souffrent d'une souffrance que je ne pourrai probablement jamais connaître.


La honte d'avoir de l'empathie pour ces êtres tout en me méfiant de leur futur de coupables plutôt que de victimes une fois les renforts arrivés.


(Dites-moi comment un Yémen sans guerre ni famine pourrait différer d'une Scandinavie sans guerre, ni famine? En hériterait la même culpabilité vis-à-vis de la souffrance d'autres êtres. Le yéménite moyen adorerait fort vraisemblablement son iphone fraîchement miné des fumeux gisements de métaux bio, fièrement assemblée par une chinoise syndiquée de 14 ans à temps partiel 70h/sem. Et on ne parle même pas des petites boulettes suédoises... De quel animal mort serait concocté le prochain boom culinaire de cette hypothétique Sana'a béate? Influenceurs, influenceuses, soyez prêts!)


La Suède, ce pays dont les gens rêvent l'oeil de verre ouvert...

Pour les optimistes ici présents, je suis d'accord avec vous: tout est une question de progrès Ça viendra! Quand tous les enfants auront accès à l'éducation, évidemment que le monde ira mieux!? Il faux garder espoir! Je suis un misanthrope, mais un misanthrope bienveillant.



On en vient tranquillement à la honte de ne pas pouvoir donner au gens ce qu'ils veulent. Car honnêtement j'aurais l'esprit tranquille à distribuer des sous-rires sans conséquence à mes compatriotes via un art sans grande cause. Mais c'est pour moi impossible.


Pourquoi enregistrer des solos de guitare alors que Jimi Hendrix en a déjà enregistré des meilleurs il y a 50 ans?


Pourquoi passer 12000 heures à apprendre le piano jazz quand Monk est passé parmi nous?


Pourquoi vouloir se lancer dans la peinture conceptuelle après un disloquage de gueule signé Mark Tansey?

Regardez-y de plus près... Présage d'une sidérance.

Du jeu vidéo après Kojima?


BD après Watchmen?


Écriture/Tao de Ching?


"Le bien suprême est comme l'eau,

qui nourrit toutes choses sans en avoir l'intention."


Vous m'avez compris. Et si vous m'avez vraiment compris, vous savez que ces questions sont ridicules. Mais je me les pose quand même... PARCE QUE...............................?


Je suis ridicule!


Vous commencez à me connaître! En espérant que vous commenciez à vous reconnaître aussi. 😉


Mais je suis sérieux. Quand j'écoute Monk, je subis une embuscade venue tout droit du zénith anthropologique et... je ne peux être que fier en tant qu'être humain. En tant que créateur de ces agencements d'ondes.


Et puisque nous avons créer ces ondes, pourquoi les reproduire? Pourquoi désosser un piano quand on en a déjà extrait la moëlle?


Et c'est là que je me trompe. C'est là que j'ai la prétention de croire que je pourrais avoir des idées nouvelles que d'autres n'ont jamais eues.


La vérité, c'est que malgré toutes les intentions avant-gardiste de ce blog, la shaologie, c'est du réshaoffée. J'intuitionne peut-être en vous une certaine bizarrerie avec mes idées "extravagantes", ma créativité "hors normes", mais je ne fais que répéter ce que plusieurs autres esprits ont déjà mis au monde dans l'anonymat le plus total. Répéter ce que des centaines d'autres totaux inconnus répètent et répéteront aussi dans leur propre coin perdu d'internet.


Mais je ne peux les trouver, tout comme ils ne peuvent me trouver. Ce truc que j'appelle la shaologie... En fait elle n'a pas de nom. Et quand quelque chose n'a pas de nom, Google n'aime pas ça. Et quand Google n'aime pas ça, personne n'est en mesure d'aimer ça. Et pourtant, mon oeuvre tout comme les leurs, sont aussi les vôtres.


Et c'est pour ça que je me trompe, que j'ai honte; j'ai l'arrogance de créer alors que je ne fais que matérialisé ce qui est en chacun de nous. L'art du passé. Celui en devenir. Nous en sommes tous les auteurs. Tout est déjà là.


Quand Eduardo Kac créer Natural History of the Enigma, cette oeuvre d'art vivante complètement maboul, mi-humaine, mi-plante, il ne révolutionne rien; il concrétise un imaginaire sans propriétaire. Et il le fait avec plaisir.

L'Edunia. Un hybride génétique entre l'artiste et le pétunia. On est sur du "haut concept" comme disent les ricains.

Tout comme quand Justin Bieber chante Peaches avec ses potes.


Quelle magnifique chanson d'amour.


Mais pour une raison ou une autres, l'humanité est fragmentée.


Elle est une, mais pas pour tout le monde.


En effet, rares sont les hybrides entre les fans de Bieber et les fans de Kac, bien qu'il existe plusieurs variétés d'hybrides entre les Beliebers et le cac en général.


...

Malgré leur approche (un) peu différente, les 2 hommes (ne) se distinguent (pas).


2 homo sapiens suivant leur chemin.


S'éloigne-t-il l'un de l'autre?


Se rapproche-t-il?


Difficile à dire. Facile à penser.


Et ce serait encore plus facile s'il l'on trouvait un moyen de confirmer une bonne fois pour toute que la Terre est ronde. Pourra-t-on un jour enfin trancher la question? Ou a-t-elle plutôt besoin d'être rafistolée?


Ayaya... Je me relis et on dirait que chaque mot augmente l'étendu de ma connerie. Et peut-être qu'elle est là la honte. La honte de travailler si fort pour légitimiser ma paresse artistique. La honte de vivre les 2 pieds dans la tapis. Il y a shao de boucane, mais ça n'avance pas.


Que d'essence pour nada...

Pas de Ultramar en vue...

Et puis, finalement il y a cette honte d'être humain...


Je me suis retrouver devant un parc à chien l'autre jour. J'ai regarder les cabot-e-s jouer et j'ai pleurer derrière le grillage. J'ai pleurer en regardant ces bêtes stupides réaliser le rêve de l'humanité tout entière sans que personne ne s'en rende compte.


Leur espèce connaît un succès extraordinaire. Et c'est en cela que j'aimerais conclure en vous disant:


I don't believe in what I do and I'm right to do so. Wouf wouf. If only wouf wouf.




13 vues0 commentaire